Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 12 février 2018 00:00

Comment Macron veut réorganiser le culte musulman en France

Écrit par 

Le gouvernement étudie actuellement un plan de réforme de l'islam de France pour réduire l'influence des pays arabes. L'État pourrait intervenir dans la formation des imams.

Emmanuel Macron veut aller vite. Il a annoncé vouloir «poser les jalons» de la réforme de l'islam en France au «premier semestre 2018.» Trois priorités : réformer le Conseil français du culte musulman (CFCM), former des imams français, et faire la lumière sur le financement du culte.

Aucune proposition n'est à l'ordre du jour mais la réflexion est engagée avec les autorités musulmanes. «Ma méthode pour progresser sur ce sujet, c'est d'avancer touche par touche», a déclaré le chef de l'État. L'objectif du président est clair : réduire l'influence des pays arabes, en proie aux crises, sur l'islam français. Et éviter au maximum la radicalisation.

Former des imams français

Après avoir déjà consulté les autorités religieuses en décembre, Emmanuel Macron assure qu'il veut «continuer à consulter beaucoup» pour prendre des décisions attendues dans les quatre prochains mois.

De son côté, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, s'est déclaré favorable hier à ce que l'État «puisse intervenir» dans la formation des imams pour qu'ils soient «des imams de la République française» et non envoyés par des pays étrangers. Lors de sa visite à Paris, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'était félicité de l'envoi d'imams turcs en France.

Il faudrait donc trouver des financements pour mettre en place une formation et assurer des revenus aux imams. Jean-Pierre Chevènement, président de la Fondation pour l'islam de France s'est dit favorable à la création d'une université pour former les imams, financée par l'argent public. Mais la question fait débat.

Une institution française prête aux changements

Le ministre de l'Intérieur a aussi pour mission de réformer le Conseil français du culte musulman. Mise en place en 2003 par Nicolas Sarkozy, l'institution n'a pas atteint ses objectifs. Selon un sondage de l'Institut Montaigne, publié en 2016, seul un tiers des musulmans a connaissance de son existence.

  Source: ladepeche.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.