Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 10 janvier 2018 00:00

Sortie de l’Index mondial de la persécution 2018, la pression augmente sur les chrétiens à cause du «nationalisme religieux»

Écrit par 

L’Index Mondial de la Persécution 2018 a été publié par Portes Ouvertes le 10 janvier 2018. D’après ce rapport, la persécution des chrétiens a augmenté en 2017, notamment à cause du «nationalisme religieux».

Dans le monde, le nombre de chrétiens tués pour leur foi a plus que doublé l’année dernière. Il est passé de 1207 en 2016 à 3066 pour la période allant de décembre 2016 à novembre 2017. C’est au Nigéria qu’il y a le plus de victimes connues. Ces chiffres sont toutefois sous-estimés, l’association ne comptabilisant que les cas connus vérifiables. Or dans les pays les plus hostiles aux chrétiens, comme la Corée du Nord, toujours en tête du classement, l’information ne filtre pas sur les violences subies par les chrétiens.

Portes Ouvertes juge le «nationalisme religieux» responsable de cette aggravation. D’une part, l’extrémisme islamiste est nourri par la concurrence que se livrent l’Arabie Saoudite sunnite et l’Iran chiite pour le leadership du monde musulman.

D’autre part, le réveil du nationalisme hindou en Inde (qui passe de la 17ème à la 11ème place du classement entre l’index 2016 et 2018) ou au Népal (qui entre directement à la 25ème place du classement) a donné naissance à des politiques destinées à évincer le christianisme sur ces territoires. En Birmanie, au Bhoutan ou au Sri Lanka, c’est le nationalisme bouddhiste qui suscite des restrictions « beaucoup plus subtiles » sur les activités chrétiennes.

  Source: evangeliques.info

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.