Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 06 mars 2017 00:00

Comment la dette renforce-t-elle l’oppression des femmes?

Écrit par 

La dette n’est nullement neutre du point de vue du genre. Bien au contraire, elle constitue un obstacle colossal à l’égalité entre les hommes et les femmes à l’échelle mondiale.

Les mesures macroéconomiques qui lui sont associées sont sexuées tant dans leurs caractéristiques que dans leurs effets. Partout, elles imposent les pires régressions sociales aux populations les plus fragilisées, les plus pauvres, et donc majoritairement aux femmes. Les plus vulnérables (les mères célibataires, les femmes jeunes, âgées, migrantes, sans emploi, les femmes provenant d’une minorité ethnique, du milieu rural ou encore ayant été victimes de violences) d’entre elles sont les plus pressurisées pour voler au secours des profiteurs de la dette. Tout comme les plans d’ajustement structurel (PAS) appauvrissent et exténuent les femmes du Sud depuis plus de 30 années, les plans d’austérité saignent désormais celles d’Europe. Les mêmes mécanismes découlant d’une même idéologie néolibérale sont partout à l’œuvre. Privatisations, libéralisations, restrictions budgétaires au menu des politiques néolibérales justifiées par la dette sabrent les droits sociaux des femmes, accentuent leur pauvreté, durcissent et aggravent les inégalités entre les sexes et sapent les conquêtes féministes.

Des pertes d’emplois et de revenus nets pour les femmes

Partout sous l’effet de la crise de la dette, le taux de chômage des femmes augmente. En Europe, l’emploi devient de plus en plus inaccessible particulièrement pour les jeunes femmes des pays les plus touchés par la crise de la dette. Dans les pays du Sud, beaucoup de femmes perdent leur emploi suite aux licenciements massifs imposés à la fonction publique par les Institutions financières internationales (IFI) mais pas uniquement… L’application d’autres mesures structurelles des PAS telles que la dévaluation de la monnaie locale, le tout à l’exportation ou encore la libéralisation du commerce mondial, en éloignant les femmes du monde du travail rémunéré ou en les propulsant dans un salariat proche de l’esclavage participent à faire de leur autonomie économique un objectif toujours plus insaisissable.

  Source: mondialisation.ca

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.