Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

Imprimer cette page
mardi, 04 décembre 2018 00:00

Il ne sera peut-être bientôt plus nécessaire d’avoir des rapports sexuels pour faire des enfants

Écrit par 

L’humanité a fait énormément de découvertes en l’espace d’un siècle. Désormais, nous sommes capables d’envoyer des hommes et des femmes dans l’espace et nous avons aussi plus ou moins compris comment fonctionnait notre génome. D’après Joyce Harper, toutes ces découvertes risquent d’entraîner de profondes mutations dans notre nature.

Pendant longtemps, le meilleur moyen de faire des enfants et de nous reproduire était d’avoir des relations sexuelles.

Tout a cependant changé en 1978 avec la naissance de Louise Brown et donc du tout premier bébé conçu par fécondation in vitro.

La FIV, de plus en plus commune

Durant les années suivantes, les médecins ont considérablement amélioré leurs techniques et de plus en plus de couples font désormais appel à ce type de fécondation. Les raisons ne sont d’ailleurs pas uniquement médicales, mais aussi sociétales.

C’est précisément ce qu’a souligné Joyce Harper, professeure à l’University College London, à l’occasion d’une entrevue menée par Newsweek.

Selon la spécialiste, la FIV ne s’adresse plus uniquement aux couples stériles ou de même sexe. Le procédé s’est popularisé et il intéresse également les couples désireux concilier carrière et vie de famille.

En réalité, Joyce Harper va même encore plus loin. Elle suppose en effet qu’il viendra un temps où la plupart des gens n’auront pas de relations sexuelles pour se reproduire. Le sexe se posera alors davantage comme un loisir ou une activité de plaisir et les couples désireux de fonder une famille se tourneront vers la fécondation in vitro pour plus de commodité.

Ces chiffres sont à prendre avec prudence, mais selon Newsweek, environ 157 millions de personnes devraient avoir vu le jour grâce à la procréation assistée à la fin de ce siècle. Et dans certains pays comme le Danemark, la FIV serait même en passe de devenir parfaitement banale. Toujours selon nos confrères, pas moins de 10 % des enfants conçus sur le territoire danois seraient nés d’une de ces techniques.

Joyce Harper donne aussi quelques éléments pour tenter d’expliquer cette nouvelle tendance. D’après elle, si de plus en plus de couples se tournent vers la FIV, c’est avant tout pour des raisons sociales et économiques.

  Source: fredzone.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Derniers articles de CPDH-Médias

Éléments similaires (par tag)