Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Homosexualité

Homosexualité

vendredi, 18 mai 2018 00:00

Vous avez dit homophobe ?

Le jour où débutent les débats parlementaires pour évaluer la loi bioéthique à réviser tombe, statistiques à l’appui, un mot qui soudain tétanise : homophobie ! C’est une officine médiatisée qui le brandit. Son nom, c’est son programme, apparemment incontestable : SOS homophobie. Mais l’homophobie est un concept à tiroirs. Et c’est là que les choses se corsent.

A l'occasion du 5 ème anniversaire de loi sur le mariage pour tous, les Inrocks ont affirmé que "cinq ans jour pour jour après l'instauration du mariage pour tous, la société française ne s'est pas effondrée". De son côté, Libération affirme que ce qu'avaient prophétisé les principaux opposants à cette loi s'est bien réalisé.

Alors qu’ils sont descendus dans la rue en 2013, beaucoup d’anciens manifestants estiment que leur mobilisation n’aura pas été vaine, même s’ils regrettent qu’un malentendu durable se soit installé avec les personnes homosexuelles.

Le texte de la députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon s’inspire de la loi maltaise pour punir d’emprisonnement les méthodes censées «guérir» l’homosexualité et la transidentité.

Refusant de souscrire aux revendications des principaux mouvements LGBT, des homosexuels prennent la parole et dénoncent le déracinement et l'absence de filiation qu'auraient pour conséquences l'élargissement de la PMA ou la légalisation de la GPA pour les couples d'homosexuels.

Bénédiction de « couples partenariés », mariage pour tous… Le débat ecclésial et social autour de l’homosexualité est vif. Voici une contribution du pasteur Jean-Jacques Meylan, extraite de son livre coécrit avec Andrea Ostertag : L’amour mal aimé. Jésus, l’ami des homosexuels. Une contribution toujours d’actualité.

Page 1 sur 12

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.