Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 11 septembre 2019 00:00

GPA : la circulaire qui sème le trouble

L'Assemblée nationale s'attelle à la loi sur la bioéthique et le gouvernement fait savoir mardi 10 septembre qu'il pourrait reconnaître les enfants nés d'une GPA à l'étranger.

Il n'est pas question de reconnaître la gestation pour autrui en France. Emmanuel Macron est totalement opposé à la GPA et il s'en tiendra à sa promesse de campagne : "La PMA pour toutes les femmes, rien que la PMA". Mais dans une dizaine de jours, la Cour de cassation va statuer et sans doute entériner une décision très importante de la Cour européenne des Droits de l'homme qui invite les pays européens à reconnaître la filiation automatique des enfants nés à l'étranger d'une GPA.

  Source: www.francetvinfo.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Invité du Grand Rendez-vous sur Europe 1, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy estime que l'ouverture de la PMA aux couples de femmes est un premier pas vers la légalisation de la GPA, qu'il dénonce comme une "marchandisation des corps".

La loi bioéthique arrivera en Conseil des ministres le 26 juillet, avec notamment l’extension de la PMA pour les couples de femmes, promesse de campagne d’Emmanuel Macron. La droite, qui s’était fortement mobilisée contre le Mariage pour tous sous François Hollande, semble désormais moins unie sur ce sujet. "Je pense que je suis plutôt opposé à la PMA", a déclaré pour sa part Éric Woerth, le député LR de l’Oise, au micro dimanche du Grand rendez-vous Europe 1/CNews/Les Echos, tout en reconnaissant que le sujet était "compliqué".

"Je crois au bonheur des enfants, au bonheur des familles, je crois aussi qu’il y a une filiation naturelle. Je vois que le gouvernement propose des choses très complexes avec l'ouverture d'une troisième condition de filiation", poursuit l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy. Avant d’avertir : "Je pense que c'est un engrenage incroyable vers la gestation pour autrui."

  Source: www.europe1.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Publié dans Bioéthique

Il y a tout juste un an, à la même époque, Sophie Braggins était mère porteuse, enceinte du bébé de sa meilleure amie, Toni Street, atteinte d’une maladie auto-immune, le syndrome de Churg-Strauss. Lachie, un petit garçon, a aujourd’hui presque 10 mois. Quand « je regarde Lachie, explique Sophie, je ressens quelque chose d'assez spécial. Il a une place spéciale dans mon cœur et je ne peux pas le nier ».Déjà mère de deux enfants, Sophie admet avoir l'impression qu'il est l’un des siens.

  Source: www.genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 1 sur 102

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.