Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

samedi, 03 novembre 2018 00:00

Pourquoi la biologie est l'alliée des féministes

Écrit par 

Une universitaire appelle les défenseurs de la cause des femmes à prendre en compte les différences naturelles entre les sexes.

Je suis féministe, mais ne je suis pas là pour faire part de mes opinions ni pour entrer dans un débat interne au féminisme. Qu'importe leurs nombreuses variations idéologiques, toutes les féministes défendent fondamentalement la même chose : que les femmes et les hommes aient les mêmes droits et devoirs en tant que citoyens, et que les femmes et les hommes jouissent de la même liberté de décider quoi faire ou non dans leur vie. Je suis là pour présenter des faits qui devraient intéresser les féministes et qui permettent d'expliquer les comportements humains.

Mon objectif est d'expliquer pourquoi les causes des différences entre les sexes ne sont pas purement culturelles, comme elles ne sont pas non plus le produit d'un endoctrinement patriarcal. La séparation des compétitions sportives et les disciplines médicales distinctes que sont l'urologie et la gynécologie témoignent des différences biologiques les plus évidentes entre hommes et femmes. Mais la méthode scientifique – un processus coopératif, critique et autocorrecteur ayant engendré d'énormes progrès technologiques et médicaux – peut aussi nous aider à comprendre des différences sexuelles plus subtiles, comme celles que nous observons en matière d'intérêts et d'aspirations. Comprendre ce que nous sommes réellement est une voie d'émancipation.

Différences comportementales

L'étude d'autres espèces animales aura permis de significatives avancées dans notre compréhension de la biologie humaine. Si nous comprenons le fonctionnement de nos neurones, c'est grâce aux limaces de mer et aux calmars. Nous savons comment nos embryons se développent à partir de l'étude des oursins, des crapauds et des cailles. Nous comprenons comment fonctionne notre système circulatoire et nous savons comment le réparer en cas de problème parce que nous avons étudié celui des porcs et des chiens. Les manuels de physiologie humaine regorgent de données obtenues grâce à l'étude d'autres animaux et l'application de ces connaissances nous aura permis, à tous, de vivre mieux et plus longtemps. Sauf que l'étude des modèles animaux indique également que les différences entre hommes et femmes ne sont pas seulement physiques : elles sont aussi comportementales et toutes ces différences sont le produit de notre histoire évolutive commune.

  Source: lepoint.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.