Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 10 octobre 2018 00:00

Après la PMA, l’avis du CCNE sur la fin de vie

Écrit par 

Le 25 septembre 2018, le Conseil Consultatif national d’éthique rendait son avis relatif à la révision de la loi de bioéthique. Depuis, si les médias ont fortement relayé les recommandations relatives à la procréation ils n’ont rien dit des autres thématiques concernées par la loi de bioéthique. Par exemple, aucun relai (ou presque) des positions du CCNE sur la fin de vie. Le point sur ce sujet, avec nous, en quelques lignes.

Les échanges rapportés dans le rapport de synthèse des États généraux de la bioéthique 2018 montrent que les positions argumentées sur le sujet de la fin de vie, sont inconciliables et le CCNE
renvoie le législateur à sa responsabilité. Plusieurs raisons  à cela :

  • certaines situations de la fin de la vie posent la question du sens de la vie ;
  • la responsabilité de la décision doit être clairement imputée aux acteurs de la situation, et notamment au patient et à sa personne de confiance dans le cas de la personne « hors d’état d’exprimer sa volonté » ;
  • ces situations, fortement relayées par les médias et certains mouvements associatifs, sollicitent vivement la société depuis plusieurs années.

Les 4 recommandations de l’avis 129 du CCNE sur la fin de vie :

1/ Ne pas modifier la loi existante (Claeys-Leonetti).

Le conseil insiste sur l’impérieuse nécessité que la loi existante sur la fin de vie – loi Claeys-Leonetti soit mieux connue, mieux appliquée et mieux respectée.

Le CCNE propose d’étudier les conditions à mettre en œuvre préalablement à toute évolution éventuelle de la loi. Cette évolution peut être nécessaire mais ne sera jamais suffisante car les questions de la fin de vie ne peuvent jamais se résumer à une seule question législative.

Ces conditions constituent une forme d’appel à un fondement éthique des politiques sociales afin qu’en France, la fin de la vie soit un temps qui ne soit pas nié et qui redevienne un temps essentiel.

Trois axes de réflexions et de propositions :

  • éviter que la médecine moderne ne produise des situations de survie insensées ;
  • éviter que notre société ne conduise certaines personnes à un sentiment d’indignité : un devoir de solidarité ;
  • approfondir les conditions d’application de la loi dans certaines circonstances précises.

  Source: linflux.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.