Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

L'Assemblée nationale a finalement rejeté mercredi toute reconnaissance automatique en France de la filiation d'enfants conçus par GPA (mère porteuse) dans un pays étranger où la pratique est autorisée, revenant sur un premier vote et achevant l'examen du projet de loi bioéthique. Les députés se prononceront lors d'un scrutin solennel mardi sur l'ensemble du projet de loi, qui porte la mesure phare d'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes.

  Source: www.liberation.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Les préparatifs de la marche unitaire avancent à grand pas.
 
Les associations organisatrices de l’événement appellent les Français à se rassembler à partir de 13h place Edmond Rostand, c’est-à-dire à quelques mètres du Sénat. Il s’agit de rappeler que le projet de loi bioéthique n’en est qu’au tout début d’un très long processus, le gouvernement prévoyant le vote définitif du projet de loi pour l'été 2020. Tout est encore possible. Les manifestants, inquiets des conséquences de ce qui n’est encore qu’un projet de loi, sauront faire entendre leur voix devant le Sénat où le texte devrait être discuté en 1ère lecture en séance publique en janvier prochain.
 
Ainsi, tous les Français, au-delà de leurs différences, sont invités à se rassembler pour manifester leurs inquiétudes sur un projet de loi qui n’est rien d’autre qu’un projet de société qui s’imposerait à tous. La PMA sans père, l’autoconservation des ovocytes, la régularisation facilitée de la GPA… autant de sujets qui inquiètent profondément les Français. La grossesse n'est pas un commerce et le développement d'un marché lucratif de la procréation est indigne du "pays des Droits de l'homme". Pour construire ensemble la société que nous laisserons à nos enfants et petits-enfants, il faut avoir le courage de dire non à tout ce qui entraînerait la marchandisation de l’humain.
Publié dans Points de vue

Au Portugal, la loi du 13 mai 2016 devait autoriser la gestation pour autrui pour des raisons médicales, pour des femmes n’ayant pas d’utérus ou souffrant de lésions de l’utérus empêchant la grossesse. Elle a cependant été déclarée en partie inconstitutionnelle en avril 2018 et « ses effets sont depuis lors suspendus ».

  Source: www.genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Publié dans Famille
Page 2 sur 58

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.