Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

dimanche, 13 juillet 2014 00:00

La fillette en rémission est de nouveau séropositive

Écrit par 

Aux États-Unis, la petite fille déclarée en rémission du VIH/Sida l’année dernière a été récemment testée positive au virus. À l’occasion d’un contrôle de routine, l’enfant présentait en effet des niveaux de VIH élevés et un taux de cellules immunitaires affaibli. Une déception. Pour autant, ce cas reste une source d’espoir pour la recherche contre la maladie.

Début 2013, des médecins états-uniens annonçaient un cas unique. Une petite fille âgée de 2 ans était contrôleur après traitement. C’est ainsi que les spécialistes appellent les patients en rémission du VIH ayant été traités peu de temps après contamination sur une durée limitée. C’est le cas de certains adultes, parmi lesquels les membres de la cohorte Visconti, étudiée par le docteur Astier Saez-Cirion, chargé de recherche dans l’Unité de régulation des infections rétrovirales, à l’institut Pasteur.

Toutefois, le cas de cet enfant, surnommé le bébé du Mississippi, est unique par plusieurs aspects. Née d’une mère séropositive, elle a reçu son traitement antirétroviral très précocement. Moins de 30 heures après sa naissance. Ensuite, elle n’a été traitée que pendant 18 mois, quand la plupart des autres cas connus l’ont été pendant au moins 3 ans. Perdue de vu par l’équipe médicale, l’enfant a cessé d’être traité pendant 5 mois. Ensuite, à nouveau examinée par un médecin, la prise de sang a montré que son organisme était capable, tout seul, de maintenir l’activité du virus à son plus bas niveau.

  Source: futura-sciences.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.