Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

jeudi, 19 février 2015 00:00

Une molécule pour protéger à long-terme

Écrit par 

Des chercheurs ont mis au point une molécule protégeant des singes durablement du VIH. Cette recherche ouvre-t-elle la voie à un traitement préventif ? Réponse de Francis Barin, spécialiste du VIH.  

Des chercheurs américains ont mis au point une molécule qui s'est avérée efficace sur des singes infectés par le virus du Sida : injectée une seule fois, elle les a protégé des effets du VIH pendant au moins huit mois. Leurs travaux viennent d'être publiés dans la revue Nature. Cette molécule pourrait-elle déboucher sur un traitement préventif à effet durable contre le VIH ? Sciences et Avenir a posé 3 questions au Pr Francis Barin, chercheur à l'Inserm et responsable du Centre national français de référence du VIH.

Sciences et Avenir : Quelle est la molécule mise au point par les chercheurs ?
Pr Francis Barin : Cette molécule, totalement artificielle, comprend trois éléments. Le premier est la protéine CD4, présente habituellement sur certains types de globules blancs (les lymphocytes T4). Elle est couplée à un anticorps (aussi appelé immunoglobine) et l'ensemble est baptisé eCD4-Ig. Ce dernier offre une très forte protection contre le VIH mais a une durée de vie très limitée. Pour résoudre ce problème, l'équipe américaine a associé eCD4-Ig à un virus de type adéno-associé (AAV), non pathogène, et permettant le transfert de gènes. Concrètement, il est capable de s'introduire dans les cellules et de leur faire fabriquer indéfiniment une protéine protectrice contre le VIH sur une longue durée: plusieurs mois, voire plusieurs années.

  Source: sciencesetavenir.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.