Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Dons d'organes

Dons d'organes

Entre 2000 et 2012, le nombre de personnes prélevées pour un don d'organe a augmenté de 56,5 %.
C'est une belle augmentation qui permet de sauver des patients en attente de greffe.
Il est très personnel de décider si l'on accepte ou non d'être donneur d'organes, une fois son décès. Sachant que la question peut aussi se poser de votre vivant.
E-santé vous propose 10 questions fréquentes et 10 réponses pour mieux connaître le don d'organes et vous forger une opinion.

mercredi, 30 juillet 2014 00:00

Le nombre de donneurs a augmenté en 2013

En 2013, le nombre de greffes d'organes en France s'élève à 5 115. C'est une progression de 1.8% par rapport à 2012. La greffe d'organes à partir de donneurs vivants connaît elle aussi une forte augmentation en 2013 avec 414 greffes contre 366 en 2012 (soit + 13.1 %).

A l'occasion de la journée nationale du don d'organe, un Saint-Lois a partagé son expérience avec les usagers de l'hôpital Pasteur, à Cherbourg.

Dimanche 22 juin 2014, a lieu la 14ème journée de réflexion sur le don d'organes. L'Agence de la Biomédecine invite les Français à se mobiliser massivement en faisant connaître leur choix sur le don d’organes à leurs proches, afin que ceux-ci puissent en faire part aux équipes médicales.

Assurer la traçabilité complète des organes et leur transplantation, établir des normes minimales, mieux protéger les donneurs vivants, limiter les prélèvements sur les mineurs, voilà quelques points clarifiés par le nouveau texte de loi déjà adopté à l’unanimité à la Chambre. Interrogée par les sénateurs sur les frais supportés par les donneurs, la ministre de la santé Laurette Onkelinx a répété sa volonté de défrayer à l’avenir les donneurs vivants, tout en évitant d’encourager financièrement ce genre d’opération.

En raison de l’inadéquation entre l’ offre et la demande, la stratégie progressivement adoptée par les autorités sanitaires a consisté ces dernières années à recruter de nouveaux donneurs d’organes en dehors du champ de la mort encéphalique. Abandonnés par la France après 1970, le décret n. 2005-949 du 2 août 2005 a ainsi autorisé la reprise des prélèvements dits à cœur arrêté. Non sans de graves ambiguïtés.

Page 10 sur 11

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.