Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 13 juin 2018 00:00

La chaîne complexe du don d'organes résumée en 4 étapes

Écrit par 

La Journée nationale du don d'organes du 22 juin 2018 est l'occasion de rappeler les différentes étapes du don d'organe, une chaîne d'intervention complexe qui mélange la vie et la mort.

De la mort à la vie, les transplantations d'organes forment une chaîne complexe entre donneurs, proches, soignants et receveurs. En 2017, le seuil de 6.000 greffes a été atteint. L'Agence de la biomédecine veut mettre ce lien en valeur à l'occasion de la Journée nationale du don d'organes, le 22 juin 2018.

Etape 1 : le don

Sur les 6.105 greffes réalisées en 2017, 5.476 l'ont été à partir de donneurs décédés. Avec comme principe le consentement présumé : tout un chacun est un donneur potentiel, sauf s'il a exprimé son refus de son vivant, en le disant à ses proches ou en s'inscrivant sur un registre. Après sa mort, si un donneur potentiel n'est pas inscrit au registre des refus, des médecins s'entretiennent alors avec ses proches.

"Notre rôle est triple : accompagner les proches dans l'annonce de la mort, leur exposer la possibilité du don d'organes, s'enquérir de la volonté du défunt", explique l'anesthésiste-réanimateur Stanislas Kandelman, chargé de la coordination des prélèvements à l'hôpital Beaujon de Clichy. Dans le meilleur des cas, le défunt avait exprimé sa volonté à sa famille."Sinon, on aborde la question du consentement présumé", poursuit le docteur Kandelman. Il ne s'agit pas de demander l'autorisation des proches mais bien d'essayer de savoir quelle était la position du défunt. D'où l'importance de la faire connaître de son vivant.

  Source: sciencesetavenir.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.