Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Addictions

Addictions

DANGERS PUBLICS - Les "smombies", néologisme désignant les "zombies du téléphone" peu attentifs au monde qui les entoure, pullulent et deviennent un problème de plus en plus sérieux pour la sécurité routière, en France comme ailleurs. Analyse d'un phénomène parfois mortel.

Vous êtes probablement un "smombie" sans le savoir. Ce mot-valise, fusion de smartphone et zombie, désigne ceux qui traversent la route scotchés à leur écran de téléphone sans exprimer la moindre expression sur le visage. Et comme les zombies deThe Walking Dead, leurs comportements à risque peuvent être flippants. D'après une étude britannique réalisée en 2014,nous sommes nombreux à en faire partie tant nous consultons notre téléphone, en moyenne 221 fois par jour pour un total d'environ trois heures et 16 minutes les yeux rivés sur l'écran. Une dépendance qui, selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière, n'est pas sans lien avec les 475 piétons tués en 2018 (soit 15% des 3259 morts sur les routes l'an dernier). Si la mortalité piétonne a légèrement baissé entre 2017 et 2018, elle reste en effet en hausse en agglomération, rappelle l'Observatoire, qui souligne que "le facteur inattention est plutôt présent dans les causes des accidents mortels" en ville.

Certains pays tirent déjà la sonnette d'alarme, comme l'affirment Les Echos : en Sardaigne, dans la ville de Sassari, les personnes qui traversent les yeux fixés sur leur téléphone risquent une amende de 22 euros. A Hawaï, la contravention peut atteindre l'équivalent de 85 euros si on se fait ainsi épingler en état de récidive.

  Source: www.lci.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

L’alcoolisme est un problème sérieux qui touche de nombreuses personnes à travers le monde. D’ailleurs, la dépendance à l’alcool a été désignée comme étant l’une des plus répandues au monde, selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Si de nombreux alcooliques essaient désespérément de se débarrasser de leur addiction en entrant dans des groupes d’aide ou en suivant des thérapies et des soins médicalisés, aucun traitement ne s’est avéré simple, mais efficace.

UN TRAITEMENT À COUP DE LASER

Mais qu’en serait-il s’il existait une méthode qui permettrait de neutraliser l’addiction à l’alcool sans passer par des traitements thérapeutiques lourds et difficiles ? Ce serait effectivement formidable, et il se trouve justement que les scientifiques duScripps Researchont trouvé une méthode pour bloquer l’addiction à l’alcool chez des rats. La méthode utilisée reste cependant déroutante, car le principe consiste à exploser les neurones responsables de l’alcoolisme avec des rayons laser, comme l’explique l’étude parue dans la revue Nature.

  Source: dailygeekshow.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Les hôpitaux de Marseille (Bouches-du-Rhône) vont tester l'usage du cannabis thérapeutique pour traiter les malades de Parkinson. L'expérimentation sera menée sur une vingtaine de patients. La quasi-totalité de l'Europe a déjà légalisé la pratique, contrairement à la France.

Du cannabis sous forme d'huile, de pommade, de gélules... Jusqu'ici illégal, le cannabis thérapeutique pourrait-il bientôt être autorisé en France ? L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a donné son feu vert pour une expérimentation l'année prochaine. Certains patients en prennent illégalement, comme cette trentenaire, qui témoigne anonymement.

  Source: www.francetvinfo.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Les analyses du forum économique de Davos sont sans équivoque : 65 % des enfants d’aujourd’hui exerceront un métier qui n’existe pas encore. L’accélération du développement de l’intelligence artificielle (IA) n’est pas étrangère à cette évolution car 85 % des nouveaux emplois qu’elle induira en 2030 ne sont pas encore de ce monde. Comme le prédit le physicien américain Michio Kaku (2011) dans Une brève histoire du futur, les grands perdants seront les ouvriers parfaitement remplaçables par un robot qui, de surcroît, excellera dans des travaux répétitifs.

Le digital se substitue déjà facilement aux intermédiaires tels les comptables ou les chargés de voyage. Pour rester utiles, les cols blancs devront donc dispenser un sens commun et faire preuve de créativité, notamment pour manager la digital generation qui impulse dès aujourd’hui l’essor de nouveaux comportements au travail.

  Source: www.infochretienne.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Se confiant à Business Insider, Sherry Turkle a évoqué le danger que pouvait représenter la technologie sur la psychologie sociale et la santé publique. Dans ses explications, elle développe le rapprochement du processus d’addiction aux appareils technologiques à celui de l’obésité, que la simple volonté ne peut pas combattre.

La technologie déchire le tissu social

La psychologue du MIT a commencé son exposition sur la dynamique de consommation actuelle des appareils technologiques, qui tend vers la dérision et le déchirement social.

D’après ses déclarations :

«La technologie peut nous faire oublier ce que nous savons de la vie. Une des choses qu’elle nous a fait oublier est que nous avons besoin de prendre soin de nos relations, d’autres personnes et de nos propres sentiments.»

  Source: www.renseignementeconomique.net/

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

mercredi, 06 février 2019 00:00

FAITES-VOUS PARTIE DES « NOMOPHOBES » ?

Nervosité, anxiété ou même crises de panique, la nomophobie est un mal moderne qui affecte de plus en plus de personnes. Il s’agit en fait de la peur d’être séparé de son téléphone portable ! A l’occasion de la journée sans portable, lumière sur cette affection méconnue mais désormais reconnue…

  Source: www.observatoire-sante.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 1 sur 13

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.