Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

La logique de la fausse égalité entre les couples entraîne mécaniquement le droit à l’enfant par GPA. Devant le scandale des ventres loués pour la satisfaction de couples infertiles mais riches, a été inventé le concept de « GPA éthique ».

Voilà quelques semaines que l’on entend parler de « GPA éthique » avec une insistance certaine. L’expression revient dans la bouche de journalistes et de responsables politiques. Rappelons tout d’abord que la GPA, c’est la « grossesse pour autrui » autrement dit le recours à une mère porteuse. La GPA est interdite en France. Mais elle est revendiquée par des couples infertiles en raison d’une absence d’utérus chez la mère par exemple. Ces couples trouveront peut-être une réponse dans la greffe d’utérus, les premières naissances sont annoncées en France courant 2019.

  Source: fr.aleteia.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Publié dans Bioéthique
vendredi, 08 mars 2019 00:00

CEDH : deux mères pour un enfant ?

La France doit-elle renoncer à la règle suivant laquelle “la mère est la femme qui accouche” ? C’est en substance la question que pose la Cour de cassation à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans une affaire de gestation par autrui (GPA). Cette affaire soulève plusieurs questions éthiques et institutionnelles. Grégor Puppinck est docteur en droit et directeur du Centre européen pour le droit et la justice. Il a publié notamment “Les droits de l'homme dénaturé” (Le Cerf, Novembre 2018).

  Source: www.valeursactuelles.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Depuis près de dix ans, des juristes du monde entier se réunissent régulièrement à La Haye pour travailler à la mise en place de règles internationales sur la filiation et la GPA.

C’est un processus discret qui a lieu depuis près de dix ans. Plusieurs experts venus d’une vingtaine de pays se réunissent une à deux fois par an à la Haye, aux Pays-Bas, pour travailler à l’harmonisation des règles juridiques internationales entourant la gestation pour autrui (GPA). Ils doivent de nouveau se réunir du 29 janvier au 1er février.

  Source: www.la-croix.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Publié dans Bioéthique
Page 9 sur 58