Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 05 février 2018 00:00

«Une convention sur la GPA risque de légitimer l'illégitime»

Écrit par 

La philosophe Sophia Kuby s'inquiète des intentions qui conduisent la Conférence de La Haye à rassembler des experts du monde entier en vue de la rédaction d'une convention internationale sur la GPA. Selon elle, le droit international ne doit pas encadrer une pratique contraire à la dignité humaine.

 

Le marché mondial de la gestation pour autrui (GPA) rapporte environ 5 milliards de dollars américains par an. Des agences, des cliniques, des avocats et des médecins tirent profit de ce marché par la vente de sperme et d'ovocytes, la création des embryons in vitro, l'implantation dans le ventre d'une femme rémunérée, aux frais de ceux que l'on appelle les “parents demandeurs” ou les “parents d'intention” pour leur procurer un bébé.

Du 6 au 9 février, la Conférence en Droit International Privé de La Haye, institution intergouvernementale comprenant 82 États, réunit des experts et des représentants des gouvernements de ses membres, pour s'accorder sur le texte d'une convention internationale portant sur les contrats transnationaux en matière de GPA et de parentalité . Cette convention, si elle voit le jour et est ratifiée, soulève de graves problématiques éthiques, démocratiques et de souveraineté nationale et aboutira à un texte contraignant lorsqu'il sera signé et ratifié: elle aura en France une valeur supérieure à la loi nationale en vertu de l'article 55 de la Constitution française.

  Source: lefigaro.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.