Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Procréation / contraception

Procréation / contraception

Auteur d'un livre intitulé « Made in Labo », le professeur de philosophie Dominique Folscheid analyse les risques de l'ouverture de la PMA à toutes les femmes.

Mercredi, lors de son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale, Edouard Philippe a annoncé que le projet de loi de bioéthique,q ui doit intégrer l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, serait présenté en juillet en conseil des ministres et examiné fin septembre devant les députés.

La réforme, politiquement explosive, provoquerait un bouleversement du Code civil et poserait question en matière de filiation. Afin de mieux comprendre les enjeux suscités par cette ouverture de la PMA pour toutes – promesse de campagne d'Emmanuel Macron–, Dominique Folscheid*, professeur émérite de philosophie morale et politique à l'université Paris-Est et codirecteur du département de recherche éthique biomédicale au collège des Bernardins, répond à nos questions.

  Source: www.lepoint.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Alors que le Premier Ministre, Edouard Philippe, doit présenter ce mercredi les grandes orientations et les priorités du gouvernement dans son discours de politique générale, une enquête Ifop souligne la fracture et le clivage fort au sein de la société sur la PMA.

Réalisé les 5 et 6 juin, ce sondage révèle que 82% des Français estiment que« le père et la mère ont des rôles différents et complémentaires pour l’éducation des enfants ». Une proportion similaire (83%) se déclare favorable à ceque « les enfants nés par PMA aient le droit d’avoir un père et une mère ». C’est aussi le cas pour les électeurs d’Emmanuel Macron (81%).« C’est le cœur du sujet qui nous préoccupe »précise Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous. « Derrière une générosité apparente, la PMA sans père a une réalité que les Français refusent : priver volontairement, dès sa conception, un enfant de son père » poursuit-elle.

  Source: www.lamanifpourtous.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

mardi, 04 juin 2019 00:00

Bataille autour de la PMA

Au gouvernement et dans la majorité, certains poussent pour que ce texte, promesse du candidat Macron, soit examiné cette année. Mais vu l’embouteillage au Parlement, d’autres plaident pour reporter le projet après les municipales.

C’est ce qui s’appelle un coup de pression... Stanislas Guerini, le patron de LREM est monté au créneau mardi matin dans les colonnes du Figaro et sur les ondes de RTL pour plaider pour que le projet de loi sur la PMA « soit étudié avant la fin de l’année au Parlement ». Une sortie qui ne doit rien au hasard. «C’est cette semaine que le Premier ministre doit décider de son calendrier et dire quelles vont être les réformes prioritaires de l’Acte II du quinquennat. Ceux qui veulent mettre la PMA en haut de la pile poussent », résume un conseiller ministériel. Dans la coulisse, l’ambiance est donc plutôt tendue : «Il y a un rapport de force entre ceux qui souhaitent une promulgation en 2019 et ceux qui s’en foutent », assure un parlementaire.

  Source: www.leparisien.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Les parents d’un jeune Américain décédé dans un accident de ski ont réclamé et obtenu de recueillir son sperme en vue de lui donner une descendance, pour perpétuer la lignée.

Aux États-Unis, Monica et Yongmin Zhu, deux parents endeuillés, ont fait une requête peu commune auprès d’un tribunal. Après le décès de leur fils Peter, ils ont demandé à obtenir ses gamètes, dans l’espoir d’élever un jour ses enfants, lui qui en désirait cinq. Cadet de l’Académie militaire des États-Unis, le jeune homme de 21 ans a étédéclaré en état de mort cérébrale le 23 février dernier après un accident de ski ayant fracturé sa colonne vertébrale.

“Nous voulons à tout prix avoir un petit morceau de Peter qui pourrait continuer à vivre et continuer à répandre la joie et le bonheur que Peter a apporté à nos vies”, ont expliqué les parents lors de la procédure judiciaire.

  Source: www.santemagazine.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

C’est une première judiciaire en France. Un couple a obtenu devant le tribunal de Nantes qu’une fillette née d’une mère porteuse aux États-Unis soit inscrite sur l’état civil français avec le nom de son père biologique, et celui de sa «?mère d’intention?».

 

Le tribunal de grande instance de Nantes a reconnu jeudi la«?mère d’intention?»d’une enfant née à l’étranger de gestation pour autrui (GPA), a annoncé vendredi de l’avocat de la famille, qui a évoqué une évolution «?inédite?» dans la reconnaissance de la filiation maternelle.

«?La justice française a jugé que la filiation maternelle peut être reconnue en droit français dès lors qu’est démontré que l’enfant né à l’étranger sous gestation pour autrui est issu des gamètes de la mère française qui n’a pourtant pas accouché?», a déclaré Me Matthias Pujos, l’avocat du couple et de leur fille âgée de trois ans.

  Source: www.ouest-france.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Il y a tout juste un an, à la même époque, Sophie Braggins était mère porteuse, enceinte du bébé de sa meilleure amie, Toni Street, atteinte d’une maladie auto-immune, le syndrome de Churg-Strauss. Lachie, un petit garçon, a aujourd’hui presque 10 mois. Quand « je regarde Lachie, explique Sophie, je ressens quelque chose d'assez spécial. Il a une place spéciale dans mon cœur et je ne peux pas le nier ».Déjà mère de deux enfants, Sophie admet avoir l'impression qu'il est l’un des siens.

  Source: www.genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 1 sur 14

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.