Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 04 janvier 2017 00:00

Réforme du divorce: "Le mariage n'est plus qu'un arrangement"

Écrit par 

Depuis le début de l'année, les divorces par consentement mutuel peuvent être conclus en 15 jours, sans passer devant un juge des affaires familiales. Une évolution que regrettent Alexandre Silva et Lucile Bertier, tous deux avocats au barreau de Paris.

Voici venu ce temps qui verrait "la plus vieille coutume de l'humanité" disparaître d'un simple coup de plume. Ainsi, il est une vérité plus triste qu'utile, n'en déplaise à Robespierre: le mariage fut. Depuis le 1er janvier 2017, il n'est plus. 

Et pourtant, silencieuses sont aujourd'hui ces voix citoyennes qui tantôt scandaient leur désapprobation de la loi sur "le mariage pour tous", pourfendeuses, selon leurs dires, de l'essence même du mariage. Ne seraient-elles pas plus avisées de questionner l'avenir de l'institution matrimoniale à l'aune de la réforme du divorce par consentement mutuel, insidieusement introduite par le gouvernement? En effet, le 12 octobre 2016, certaines dispositions, de la loi "de modernisation de la justice du XXIe siècle", portant sur le régime du divorce amiable, ont été adoptées devant l'Assemblée nationale au terme d'un timide débat parlementaire. 

Le mariage devient un vulgaire contrat

Dorénavant, les époux lassés de leur état, mais désireux de se séparer d'un commun accord, n'ont plus à s'inquiéter de la décision d'un juge des affaires familiales -qui décidait auparavant de leur sort après d'âpres discussions. Une simple signature apposée devant notaire sert, sans autre contrôle, à officialiser la rupture de leurs voeux de communauté de vie, antérieurement échangés devant la République.  

  Source: lexpress.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.