Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Education

Education

Samedi après-midi, des enfants ont pu assister à un concert de métal à la Chapelle-sur-Erdre, en Loire-Atlantique. Pendant cet événement baptisé "Metal for Kids", ils ont pu découvrir, dans un cadre adapté, cet univers musical parfois impressionnant.

REPORTAGE Du métal pour les enfants. C’est l'idée de la surprenante initiative lancée à la Chapelle-sur-Erdre, dans la Loire-Atlantique, non loin de Clisson où se tient chaque été l’immense festival de métal, le Hellfest.

Le concert "Metal for Kids" a eu lieu samedi après-midi. L’événement était bien évidemment adapté aux enfants, qui pouvaient bénéficier de bouchons d’oreille, de casques et d’un volume sonore réduit. Europe 1 a pu y assister.

  Source: www.europe1.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

VERBATIMS - Deux spécialistes de la question du genre et de la famille ont donné au JDD leur point de vue sur l'amendement qui propose de remplacer les termes "père" et "mère" par "parent 1" et "parent 2" sur les documents des écoles.

Le sujet fait débat. Après l’adoption à l’Assemblée nationale la semaine dernière de l’amendement qui prévoit de remplacer "père" et "mère" sur les formulaires scolaires par "parent 1" et "parent 2", le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a annoncé vouloir modifier le texte en deuxième lecture. La députée En marche Anne-Christine Lang, co-rapporteure du projet de loi, propose d'inscrire "père-mère" à deux reprises sur les formulaires, puis de rayer les mentions inutiles. D'un côté, Martine Sas-Barondeau, docteur en sociologie, défend l’adoption de ce premier amendement, quelles que soient les modifications futures. De l’autre, la philosophe Bérénice Levet réclame son abandon pur et simple.

  Source: www.lejdd.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

L'Assemblée nationale a adopté hier, en première lecture, un amendement qui vise à remplacer les mentions «père» et «mère» par celles de «parent 1» et «parent 2». Ce vote est intervenu dans le cadre du projet de loi sur« l'école de la confiance». Pour la député Valérie Petit (LREM), à l’initiative du texte, «cet amendement vise à ancrer dans la législation la diversité familiale des enfants dans les formulaires administratifs soumis à l'école».

  Source: www.genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Lundi 28 janvier 2019, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, lance une nouvelle campagne de sensibilisation et de prévention "Collèges et lycées engagés contre l’homophobie et la transphobie : tous égaux, tous alliés".

L’homophobie et la transphobie touchent de nombreux élèves. Plusieurs enquêtes et études permettent de cerner les LGBT phobies dans les établissements scolaires (étude de l’IFOP réalisée en 2018 pour la Fondation Jean-Jaurès et la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT(DILCRAH)). Les insultes homophobes, souvent banalisées, demeurent particulièrement fortes : 18 % des lycéens ou étudiants LGBT déclarent avoir été insultés au cours des 12 derniers mois. Une enquête récente sur la santé des mineurs ;LGBT scolarisés révèle, en particulier chez les jeunes se définissant comme trans, un fort niveau d’appréhension face à l’École (qu’il s’agisse des pairs ou de l’institution) : l’expérience scolaire est perçue comme "mauvaise" ou "très mauvaise" par 72 % d’entre eux.

  Source: www.education.gouv.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Grand-Couronne. Protection à l’image, de la vie privée, harcèlement et endoctrinement sur internet : les collégiens mis en garde.

Jeudi après-midi et soir, le Gapase (Groupe académique de prévention et d’appui à la sécurisation des établissements) était au collège Matisse, à l’initiative de l’équipe pédagogique et sur une idée de l’infirmière scolaire, Séverine Nuc-Langlois, dans le cadre du comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté.

C’est Nadia Embarck, représentant l’équipe mobile de sécurité, qui est intervenue dans les classes de 6e, 5e et 4e. Elle a échangé avec les élèves sur la protection à l’image en ne dévoilant pas l’intimité de leurs copains ni la leur, la protection de la réputation et le harcèlement, pour leur faire comprendre les conséquences parfois désastreuses de la propagation des messages.

  Source: www.paris-normandie.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Sous l’impulsion de l’élue en charge de la famille, Esther-Marie Becquart, la ville de Roubaix va expérimenter une école des parents dès le mois de janvier. Il s’agit d’un cycle de cinq matinées destinées à donner des outils aux parents dans l’éducation de leurs enfants. Les inscriptions sont ouvertes.

Pourquoi une école des parents ?

Créer une école des parents, c’est une idée à laquelleEsther-Marie Becquart, conseillère municipale déléguée à la famille, pense depuis toujours. « Être parent, c’est vraiment le métier le plus difficile au monde », justifie l’élue, qui pose le constat que la famille est « de plus en plus fragilisée » et que beaucoup de parents rencontrent d’énormes difficultés pour gérer leurs enfants. « Ce n’est pas négatif de le dire. Tous les parents se posent des questions, et beaucoup n’ont pas de réponses », détaille-t-elle. L’objectif de cette école, qui démarre ses activités début 2019, est donc dedonner des outils aux parents qui estiment en avoir besoin.

  Source: lavdn.lavoixdunord.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 1 sur 25

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.