Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Points de vue

Points de vue

Les états généraux de la bioéthique menés du 18 janvier au 7 juillet 2018, ont révélé l’extrême préoccupation des citoyens à propos des questions de filiation et l’attachement d’une très large majorité de la société civile au respect des droits de l’enfant.

Le livre du prophète Osée est sans doute l’un des plus difficiles à accepter tant il est choquant. Le prophète, homme de Dieu par excellence, doit épouser une prostituée, lui faire des enfants, accepter ses amants, divorcer pour revenir à elle…

En cette semaine pascale, alors que nous nous souvenons, en tant que chrétiens, du geste dramatique et généreux du Christ, l'actualité vient nous frapper, émotionnellement mais aussi salutairement. Dieu parle encore. Nous devons l'entendre encore.

Doit-on s’attendre à un « big bang bioéthique » en 2018 ? L’ouverture, le 18 janvier dernier, des « Etats généraux de la bioéthique » promet des débats publics passionnés sur plusieurs sujets sensibles, comme la fin de la vie, l’expérimentation sur les embryons ou la Procréation Médicalement Assistée.

La problématique de la bioéthique est présente depuis un peu plus de vingt ans dans les discussions entre médecins, juristes, hommes politiques, religieux et journalistes qui tentent d'analyser les conséquences sociales, juridiques, morales et culturelles de l'évolution des pratiques médicales sur le corps humain.

De la modestie en éthique : faire le choix d'une juste attitude, c'est difficile !

«Ma conscience est captive de la Parole de Dieu. Je ne peux ni ne veux me rétracter en rien car il n’est ni sûr ni honnête d’agir contre sa propre conscience.»

Page 1 sur 7